La maladie d’Alzheimer n’est pas une fatalité. C’est tout un processus qui se met en place, sans douleur, à l’insu de la personne, longtemps avant les premiers symptômes, 15 à 20 ans plus tôt.

Traitement jusqu’alors inefficace:

C’est la seule maladie pour laquelle les traitements sont inefficaces, de même pour les troubles cognitifs précurseurs de la maladie.
Ce que la science sait : des plaques de glue (plaques beta amyloïdes) s’accumulent dans le cerveau et détruisent les synapses. Les traitements sensés agir sur la fabrication de ces plaques sont inefficaces.
Pourquoi le cerveau les fabrique-t-il ? Pas de recherche sur le sujet.
Cette maladie fauche la pensée rationnelle, l’instant présent n’existe plus et la personne est bloquée dans un monde fait de souvenirs lointains et de croyances bloquantes. Elle évite la réalité en oubliant les visages.

  L’esprit s’est enfui…….

  4 types de maladie existent :

1. Génétique
2. Inflammatoire
3. Atrophique
4. Toxique

Donc la prise en charge ne peut être que personnalisée en prenant en compte la façon de vivre, de manger, de communiquer, d’écouter, de voir, de la personne concernée.

Comment réagit-elle à son environnement ?

Le mieux serait d’agir bien longtemps avant les premiers signes, très jeune (prévention dès l’enfance) et à l’âge adulte (notamment lors de l’arrêt du travail, retraite) en s’occupant de soi, en agissant sur le trop de stress par des massages, d’écoute de musiques relaxantes, en prenant goût à se préparer ce que l’on aime, à regarder de belles choses, à se laisser aller dans des ouvrages artistiques et à bouger son corps en faisant une activité physique.
La vie, c’est un perpétuel mouvement ; l’inertie et la sclérose sont les signes de la « non vie ».

Dès les premiers signes de troubles cognitifs il est urgent d’intervenir pour stimuler les sens et réduire le stress responsable des troubles.

Accompagner, stimuler, éclairer, réveiller, redonner du sens
par les 5 sens et la mobilité.
Se re-trouver dans le mouvement de sa vie, sur son chemin.